Le Lézard

LE Chef national de l'Assemblée des Premières Nations se réjouit - Du rapport de la vérificatrice générale qui expose - "Les véritables problèmes et les véritables solutions"



OTTAWA, le 16 mai /CNW/ -- "Depuis 35 ans, le gouvernement fédéral a maintes fois reconnu la nécessité d'amorcer un virage important et de renouveler sa relation avec les peuples autochtones afin de régler des problèmes qui persistent. (...) Malgré toutes ces initiatives, des problèmes de longue date subsistent ..

Vérificatrice générale du Canada

Rapport 2006

OTTAWA, le 16 mai /CNW Telbec/ - Le Chef national de l'Assemblée des Premières Nations, Phil Fontaine, a déclaré que le rapport publié aujourd'hui par la vérificatrice générale du Canada est extrêmement utile pour ce qui est d'exposer les véritables problèmes ainsi que les véritables solutions qui permettraient de progresser sur les questions qui touchent les Premières Nations. La conclusion du rapport de la vérificatrice générale, qui évalue (chapitre 5) les efforts déployés par le gouvernement fédéral pour mettre en ?uvre les 37 recommandations faites à cet égard entre 2000 et 2003, est que les progrès se sont avérés insatisfaisants en ce qui concerne ces recommandations, qualifiées d'"essentielles" pour améliorer les conditions de vie des citoyens des Premières Nations.

"La lenteur chronique des progrès réalisés par le gouvernement entraîne des maladies et une pauvreté chroniques pour de trop nombreux citoyens des Premières Nations", a déclaré le Chef national de l'APN, Phil Fontaine. "Certains ont soutenu avant la publication du rapport d'aujourd'hui que les problèmes auxquels sont confrontés les Premières Nations requièrent simplement plus d'observation et qu'il faut mieux contrôler la façon dont l'argent est dépensé. Cependant, le rapport révèle que les gouvernements n'ont pas tenu compte des observations et des avertissements de la vérificatrice générale. Nous avons récemment constaté avec les Six nations de Caledonia comment le manque de progrès et d'espoir se transforme en frustration et en tension sur le terrain. Les Premières Nations vivent la réalité de l'échec de la méthode préconisée par le gouvernement fédéral, telle qu'exposée par la vérificatrice générale. La rapport d'aujourd'hui doit être perçu comme une incitation à renouveler la relation entre les Premières Nations et le gouvernement fédéral, et non à réexaminer les problèmes".

Le rapport de la vérificatrice générale souligne sept facteurs qui sont cruciaux pour une mise en ?uvre réussie. Ces sept facteurs confirment trois points que les Premières Nations ont constamment rappelés au gouvernement depuis plusieurs années :

    <<
    - que les Premières Nations doivent jouer un rôle central au niveau de
      la conception et de la mise en ?uvre de l'ensemble des programmes
et
      des initiatives qui les concernent;
    - que le système fédéral est caduc et inefficace, miné par une approche
      imprécise et fragmentée, et qu'il ne peut donc contribuer à améliorer
      la situation socio-économique des Premières Nations;
    - que le ministère des Affaires indiennes est lui-même en conflit
      d'intérêt dans ses tentatives de s'acquitter de ses obligations
      vis-à-vis des Premières Nations.
    >>


Le Chef national a déclaré ce qui suit : "Le rapport indique clairement qu'il est urgent d'agir, et nous rappelons aux Canadiens et au gouvernement que nous disposons d'un plan, accepté lors de la rencontre des premiers ministres, afin d'agir rapidement pour contrer la pauvreté et améliorer la qualité de vie des Premières Nations. De notre initiative intitulée "Imputabilité pour des résultats" a découlé un plan pour combler rapidement les écarts en matière d'imputabilité. Et notre accord politique avec le Canada sur la reconnaissance et la mise en ?uvre des gouvernements de Première Nation comprend un plan pour résoudre rapidement les questions relatives à notre relation historique. Dans l'ensemble, nous disposons d'un plan global, élaboré en collaboration avec le Canada, qui nous permettra de passer de la pauvreté au progrès et à la prospérité. Aucune excuse ne justifie que se perpétue l'inaction qui a paralysé le gouvernement pendant 35 ans."

Le rapport de la vérificatrice générale révèle également que "depuis quelques années, les fonds destinés aux Premières nations ont augmenté (1,6 % depuis 1999-2004), mais que cette augmentation n'a pas été proportionnelle à la croissance démographique (11,2 % pendant la même période). Ce qui reflète directement les préoccupations des Premières Nations à propos du plafond de 2 % sur les augmentations du financement des programmes de base des Affaires indiennes, imposé depuis 1996, un plafond qui a dans les faits contribué à perpétuer l'écart en matière de qualité de vie entre les Premières Nations et les autres canadiens.

"Le plafond de 2 % n'est ni connu de tous, ni largement signalé, mais il a entraîné des conséquences désastreuses pour nos citoyens et nos collectivités", a indiqué le Chef national Fontaine. "Il ne suit ni le rythme du marché, ni celui de notre jeune population en pleine croissance. Jusqu'en 1996, l'écart entre les Canadiens et les membres des Premières Nations se resserrait. Ce plafond condamne nos citoyens à prendre encore plus de retard et ne fait que nous maintenir dans un état de pauvreté."

En montrant la voie à suivre, la vérificatrice générale déclare ce qui suit dans son rapport : "La réunion des premiers ministres les 24 et25 novembre 2005, à Kelowna (Colombie-Britannique), a confirmé une volonté de la part des gouvernements fédéral, provinciaux et territoriaux et des organisations autochtones nationales d'élaborer un plan d'action concerté pour les Autochtones dans des secteurs clés comme le logement, la santé, l'éducation et les possibilités économiques. Les progrès à venir seront aussi tributaires d'un intérêt soutenu de la direction."

"Une fois encore la vérificatrice générale a démontré qu'elle avait un sens aigu des vrais problèmes et des vrais solutions figurant au programme des Premières Nations", a déclaré le Chef national. "Ce gouvernement se flatte de prendre des mesures et nous voulons travailler avec lui pour concrétiser les recommandations de la vérificatrice générale et apporter ainsi force et espoir aux citoyens des Premières Nations. L'édification de Premières Nations plus fortes permettra à tous les Canadiens de jouir d'une meilleure santé et d'une plus grande richesse."

L'Assemblée des Premières Nations est l'organisation nationale qui représente les citoyens des Premières Nations au Canada.


Communiqué envoyé le 16 mai 2006 à 18:40 et diffusé par :