Le Lézard

Abitibi devrait investir au Canada avant tout, selon le SCEP



OTTAWA, le 27 juillet /CNW/ -- OTTAWA, le 27 juillet /CNW Telbec/ - Le Syndicat canadien des communications, de l'énergie et du papier condamne le projet d'Abitibi-Consolidated de mettre ses installations de production d'énergie en Ontario entre les mains d'un fonds de revenu et d'investir les sommes amassées aux États-Unis.

"Nous nous préoccupons globalement de la scission elle-même et des effets qu'elle peut avoir sur les activités de production de papier d'Abitibi", a déclaré Cec Makowski, vice-président, région de l'Ontario, du SCEP. "Nous entendons indiquer très bientôt nos sujets d'inquiétude à la direction supérieure de la compagnie.

"Ce que nous trouvons particulièrement et immédiatement répréhensible est l'intention annoncée par Abitibi d'investir en Georgie les recettes de son émission initiale d'actions dans le fonds de revenu", a ajouté M. Makowski.

"Nous croyons qu'Abitibi devrait investir cet argent ici au Canada plutôt que de fermer des usines comme celles de Kenora, en Ontario, et de Stephenville, à Terre-Neuve."

Abitibi a dit qu'elle utiliserait 190 millions de dollars (américains) du capital tiré de la scission pour acheter 47,5 % de l'Augusta Newsprint Co., qui ne lui appartient pas déjà.

Le SCEP, qui compte 150 000 membres, est le syndicat le plus grand de l'industrie forestière du Canada et représente environ 3 500 personnes qui sont au service d'Abitibi-Consolidated.


Communiqué envoyé le 27 juillet 2006 à 16:24 et diffusé par :