Le Lézard
Classé dans : Santé

Les pharmaciens expriment leurs préoccupations face à la sécurité des patients



OTTAWA, ONTARIO--(CCNMatthews - 26 juillet 2006) - L'Association des pharmaciens du Canada (APhC) craint que les résultats d'une étude publiés récemment aux Etats-Unis quant à la prévalence élevée des erreurs de médication ne se reflètent également au Canada. D'après les conclusions de cette étude, menée par l'Institut de médecine des Etats-Unis et intitulée Preventing Medication Errors (Prévenir les erreurs de médication), les erreurs liées aux médicaments sont répandues à un point tel que les patients hospitalisés, par exemple, peuvent s'attendre à souffrir une journée sur deux durant leur séjour à l'hôpital. (Toutefois, la plupart de ces erreurs n'occasionnent aucune lésion.) Pourtant, le quart de ces erreurs de médication, au minimum, sont évitables.

"L'an dernier, les médicaments d'ordonnance ont engendré des dépenses de 16,6 milliards de dollars au pays. Cependant, on n'a signalé qu'une seule réaction indésirable sur dix à Santé Canada. Si nous décidons de résoudre adéquatement le problème des erreurs de médication et des réactions indésirables, nous devons investir davantage dans des programmes destinés à assurer la sécurité des patients. Le gouvernement doit donc accorder la priorité au financement tangible de l'innocuité et de l'efficacité des médicaments", a déclaré Brian Stowe, président de l'APhC. "S'ils souhaitent répondre efficacement aux besoins des Canadiens en matière d'innocuité et d'efficacité des traitements médicamenteux, le gouvernement, les pharmaciens, le personnel médical et infirmier, l'industrie pharmaceutique et les patients eux-mêmes doivent déployer un effort concerté. Etant donné les négociations actuelles sur l'élaboration d'une stratégie pharmaceutique nationale (SPN), le moment est bien choisi pour aller de l'avant", a ajouté M. Stowe.

"Cette étude propose des stratégies concrètes de prévention des erreurs, qui peuvent d'ailleurs se transposer au Canada. Nous appuyons sans réserve les conclusions des chercheurs, selon lesquelles une relation fructueuse de partenariat entre le patient et les professionnels de la santé constitue le meilleur moyen de réduire les erreurs de médication. Chaque jour, les pharmaciens interagissent avec les Canadiens au sujet de leurs ordonnances. En tant que spécialistes reconnus des médicaments, ils doivent absolument prendre part aux programmes sur l'innocuité des médicaments pour assurer leur succès", a renchéri le Dr Jeff Poston, directeur administratif de l'APhC. "L'APhC craint que la SPN n'insiste trop sur le coût des médicaments et pas assez sur leur emploi adéquat, qui exige l'éducation et la supervision des patients", a conclu M. Poston.

L'APhC a publié, en collaboration avec quatre autres associations spécialisées dans le domaine de la santé, son Cadre d'une stratégie pharmaceutique canadienne accompagné d'une lettre ouverte aux premiers ministres, réunis cette semaine à St. Johns. Par l'intermédiaire de ce document, ces associations incitent le gouvernement fédéral à financer un programme complet pour promouvoir une supervision optimale des ordonnances et des traitements médicamenteux par les professionnels de la santé. Ce programme engloberait des stratégies visant à renforcer les connaissances des patients et leur observance des traitements médicamenteux, tout en favorisant la production de renseignements fiables et impartiaux sur les médicaments à l'intention des consommateurs.

L'Association des pharmaciens du Canada (APhC), organisme national des pharmaciens, s'engage à stimuler l'avancement de la profession et à améliorer la santé des Canadiens.

Ces communiqués peuvent vous intéresser aussi

18 fév 2018
Le chef de l'opposition officielle, Jean-François Lisée, la porte-parole en matière de santé, d'accessibilité aux soins et de soutien à domicile, Diane Lamarre, et le porte?parole en matière de services sociaux et de protection de la jeunesse, Dave...

18 fév 2018
Les représentantes et représentants des médias sont invités à assister à une conférence de presse au cours de laquelle le ministre de la Santé et des Services sociaux, monsieur Gaétan Barrette, accompagné du député de Mégantic, monsieur Ghislain...

18 fév 2018
Les représentants des médias sont priés de noter que le chef de l'opposition officielle, Jean-François Lisée, la porte-parole en matière de santé, d'accessibilité aux soins et de soutien à domicile, Diane Lamarre, et le porte-parole en matière de...

16 fév 2018
ProblèmeSanté Canada informe les Canadiens que GlaxoSmithKline Inc. procède au rappel volontaire d'un lot d'inhalateurs Ventolin Diskus (lot 786G) parce que les produits peuvent ne pas délivrer la dose prévue. Les patients qui ne reçoivent pas la...

16 fév 2018
Auditoire Professionnels de la santé qui prescrivent VENTOLIN DISKUS et patients qui l'utilisent Messages clés GSK procède au rappel volontaire d'un lot (786G) de dispositifs de VENTOLIN DISKUS auprès de grossistes, pharmacies et patients du...

16 fév 2018
À l'occasion de la visite dans la capitale manitobaine du ministre responsable des Relations canadiennes et de la Francophonie canadienne du gouvernement du Québec, M. Jean-Marc Fournier, ce dernier et Mme Heather Stefanson, ministre de la Justice du...




Communiqué envoyé le 26 juillet 2006 à 15:25 et diffusé par :