Le Lézard

Baisse du taux de taxation proposé par Longueuil : les citoyens sortent gagnants



BROSSARD, QUEBEC--(CCNMatthews - 26 juillet 2006) - La décision rendue par la Commission municipale du Québec (CMQ) sur le budget d'agglomération de Longueuil confirme la justesse et la légitimité de la bataille des maires des municipalités de Brossard, Saint-Bruno-de-Montarville et Saint-Lambert pour réduire le compte de taxes de leurs concitoyens.

C'est ce qu'ont déclaré, aujourd'hui en conférence de presse, MM. Jean-Marc Pelletier, Claude Benjamin et Sean Finn, après avoir appris que le budget d'agglomération adopté par la CMQ, est fixé à 240 M$. En outre, la CMQ a décrété de nouveaux taux de taxation qui permettraient d'obtenir une réduction supplémentaire de trois cents du 100 $ d'évaluation.

"Voilà ce qu'aura permis notre absence au conseil d'agglomération du 3 juillet où les élus de Longueuil voulaient nous faire accepter un budget qui ne prévoyait aucune baisse de taxes. Et cela malgré le décret du gouvernement du Québec qui avait fait passer le budget de 251 M$ à un maximum de 240 M$. Nous avons eu raison de ne pas accepter leurs artifices comptables", a déclaré M. Pelletier, maire de la Ville de Brossard.

"En obligeant la CMQ à statuer sur le budget, nous aurons donc permis à tous nos concitoyens, incluant ceux de la Ville de Boucherville et des arrondissements de Longueuil, de profiter d'un allégement du compte de taxes qu'ils recevront d'ici un mois", a pour sa part souligné M. Benjamin, maire de la Ville de Saint-Bruno-de-Montarville.

Encore du chemin à parcourir

Sans être totalement satisfaits du contenu du budget d'agglomération final, MM. Pelletier, Benjamin et Finn ont fait remarquer que leurs actions conjointes auront eu pour effet de réduire sensiblement le compte de taxes imposé à l'ensemble des citoyens de la Rive-Sud depuis le dépôt du premier projet budgétaire. De la première version, soit celle de décembre 2005, à la version finale dévoilée par la CMQ, le tableau de taxation pour les villes de Brossard, Saint-Bruno-de-Montarville et Saint-Lambert se présente ainsi :
---------------------------------------------------------------------
                   Taux proposé               Taux fixé
                  par Longueuil       par la Commission
                 (décembre 2005)   municipale du Québec       Ecart
---------------------------------------------------------------------
Brossard                 0,7975 $                0,6598 $  - 0,1377 $
---------------------------------------------------------------------
Saint-Bruno-
 de-Montarville          0,7975 $                0,6921 $  - 0,1054 $
---------------------------------------------------------------------
Saint-Lambert            0,7975 $                0,7342 $  - 0,0633 $
---------------------------------------------------------------------

Cela entraîne une économie récurrente de 8 M $ sur une base annuelle pour l'ensemble du territoire de l'agglomération de Longueuil y compris la ville de Boucherville et les divers arrondissements de Longueuil.

"Nous tenons à remercier tous nos concitoyens qui nous ont appuyés au cours des derniers mois, mais nous tenons à leur préciser qu'il reste beaucoup de chemin à parcourir avant d'obtenir entière satisfaction", a précisé M. Benjamin.

Pour M. Finn "les frais d'administration de 15 % imposés unilatéralement par l'agglomération demeurent excessifs ; nous poursuivrons notre travail pour diminuer sensiblement leur impact sur le budget de nos municipalités".

En effet, les maires des trois municipalités continueront de se battre pour faire diminuer les dépenses d'agglomération. "Nous persistons à dire que les dépenses devraient être réduites à environ 200 M$. Il faut faire plus pour réduire le fardeau fiscal de nos concitoyens", a indiqué M. Pelletier.

C'est d'ailleurs en ce sens que MM. Pelletier, Benjamin et Finn ont décidé de créer, il y a deux semaines, un groupe de travail pour repenser le modèle actuel de l'agglomération. "Nous cherchons, avec l'aide d'experts et de citoyens, une nouvelle structure qui répondra davantage aux intérêts de tous les citoyens", de dire M. Benjamin.

En proposant une décentralisation vers les municipalités de l'agglomération, les maires des trois municipalités veulent assurer une meilleure gestion des services de proximité pour ainsi comprimer encore davantage les dépenses d'agglomération.

Le maire Jean-Marc Pelletier, appuyé en cela par MM. Benjamin et Finn, avait d'ailleurs déjà recommandé de réduire, de façon permanente, les dépenses d'agglomération par le transfert à chacune des cinq villes des activités d'opération et les immobilisations, telles que la gestion des réseaux artériels et des équipements d'intérêts collectifs. Selon la proposition formulée par Brossard, cela permettrait de restreindre le budget d'agglomération de près de 40 M$.

Aux yeux de M. Finn, la démarche des trois maires est d'autant plus justifiable que, dans sa décision, la Commission municipale du Québec a accepté de diminuer les dépenses d'administration générale de 4,8 M$ parce que ce montant représentait en bonne partie des dépenses non récurrentes. "Nous avons donc réussi à faire accepter le principe de la non récurrence. C'est déjà un petit pas dans la bonne direction qui nous motive à poursuivre notre défense des intérêts de nos concitoyens", a-t-il déclaré.




Communiqué envoyé le 26 juillet 2006 à 13:20 et diffusé par :