Le Lézard

Postes Canada célèbre l'attrait de la nature grâce à un nouveau jeu de quatre timbres consacré aux appelants



OTTAWA, ONTARIO--(CCNMatthews - 26 juillet 2006) - L'appelant est aujourd'hui l'article de collection le plus apprécié des chasseurs d'antiquités qui, les week-ends, parcourent les routes à la recherche du canard qui a échappé à l'attention de tous. Il est impressionnant de constater le chemin parcouru par ces oiseaux coureurs, qui ont quitté les marais froids et brumeux pour occuper une place de choix sur la tablette qui orne la cheminée dans la salle de séjour familiale. Le 3 août prochain, Postes Canada émettra un jeu de quatre timbres au tarif du régime intérieur (51 cents), en reconnaissance de cette forme d'expression artistique canadienne originale.

On trouve des références aux appelants dans les documents historiques des pays de l'Ancien Monde, à partir de la période de la Renaissance. Ils étaient alors utilisés pour assurer une chasse fructueuse. Les chasseurs autochtones d'un bout à l'autre de l'Amérique du Nord utilisaient les appelants il y a 1000 ans pour attirer les oiseaux vivants, leur nourriture, à portée de tir. Les historiens s'entendent pour dire que l'appelant de l'Amérique du Nord s'inspire des pratiques de chasse autochtones et qu'il s'est raffiné grâce aux techniques de travail du bois européennes.

Au cours du siècle dernier, les appelants sont passés du rang d'instruments de chasse à celui d'objets d'art populaire fort prisés des collectionneurs. Aujourd'hui, ils permettent de mieux comprendre la vie professionnelle, récréative et créatrice des générations précédentes de Canadiens. Comme les différents sculpteurs vivaient dans des milieux passablement isolés, leurs techniques ont posé les jalons des traditions régionales.

Les appelants les plus prisés par les collectionneurs sont ceux qui ont été créés à partir de la moitié du XIXe siècle jusqu'au début du XXe siècle. Les collectionneurs américains constituent la grande part de ce marché, mais puisqu'ils se sont beaucoup intéressés aux sculpteurs canadiens, bon nombre des appelants les plus raffinés du Canada font désormais partie de collections privées aux Etats-Unis. A l'approche des années 1950, le nombre de collectionneurs canadiens a augmenté. Ces derniers percevaient les appelants comme les artéfacts précieux de la culture populaire et de l'histoire de notre peuple.

Les appelants choisis pour ces timbres sont authentiques et fonctionnels et plusieurs portent les marques du temps et de l'usure. Ils proviennent tous de la collection du Musée canadien de la nature. Il s'agit des suivants :
 - le harle huppé, sculpté par Clovis Landry, représente les 
   Maritimes;

 - le garrot d'Islande, sculpté par Gilles Camirand, représente le 
   Québec;

 - le canard noir, sculpté par David Nichols, représente l'Ontario;

 - le canard colvert, d'un sculpteur inconnu, représente les 
   Prairies.

Ce très beau jeu de quatre timbres a été conçu par Dennis Page et Oliver Hill de la maison Trampoline Design, à Halifax; les photos ont été prises par Ted Coldwell. "Le concept est principalement axé sur la juxtaposition du cliché de l'appelant en bois et de la peinture originale, laquelle sert de toile de fond", explique Dennis Page.

Il ajoute que les deux supports sont disposés de façon à donner l'impression que l'appelant attire les canards en vol représentés sur la peinture. Le style de la peinture s'inspire de celui utilisé dans des catalogues de matériel de chasse des années 1930 et de tableaux d'artistes canadiens illustrant des canards et des oies, en particulier les ouvres d'Allan Brooks, peintre animalier de renom à l'échelle nationale. Les arrière-plans des timbres ont été peints par Pierre Leduc. Les marges du feuillet représentent la photographie d'un banc de sculpteur très ancien qui porte des entailles et des marques d'usure. Cette photographie donne l'impression tridimensionnelle d'un cadre en bois entourant les vignettes.

Le jeu de quatre figurines comprend deux paires verticales se-tenant, la première aux dimensions de 38 mm sur 48 mm et la deuxième aux dimensions de 130 mm sur 145 mm. La Compagnie canadienne des billets de banque a imprimé 4 500 000 timbres au moyen d'un procédé lithographique en neuf couleurs (gomme de type A.P.V.) sur du papier Tullis Russell Coatings. Les vignettes présentent un procédé de marquage général sur les quatre côtés. Le pli Premier Jour officiel portera la mention "SMITH FALLS ON".

On peut obtenir plus de renseignements sur les timbres en consultant la section Salle de presse du site Web de Postes Canada, ainsi qu'une photo à haute résolution téléchargeable des vignettes commémoratives consacrées aux appelants au Centre de photos de la Salle de presse. On pourra se procurer les timbres et les plis Premier Jour officiels dans les bureaux de poste participants, en les commandant en ligne à l'aide des liens dans le site Web de Postes Canada (www.postescanada.ca) ou par la poste auprès du Centre national de philatélie. Depuis le Canada et les Etats-Unis, veuillez composer, sans frais, le 1 800 565-4362; d'un autre pays, le 902 863-6550.




Communiqué envoyé le 26 juillet 2006 à 12:05 et diffusé par :