Le Lézard

Chine - Un journaliste battu à mort par un policier



MONTRÉAL, le 25 juillet /CNW/ -- MONTRÉAL, le 25 juillet /CNW Telbec/ - Xiao Guopeng, journaliste du quotidien Anshun, a été battu à mort, le 18 juillet 2006, par un policier de la province de Guizhou. Ce dernier a été arrêté et une enquête criminelle est en cours.

Reporters sans frontières est choquée par la mort de Xiao Guopeng. "Nous ne nous contenterons pas de sanctions administratives. La justice doit identifier et sanctionner les coupables par des peines de prison. Nous demandons également aux autorités de prendre les mesures nécessaires pour que les attaques contre les journalistes et leurs collaborateurs cessent, comme elles l'avaient promis en février dernier", a déclaré l'organisation.

Xiao Guopeng, rédacteur du quotidien Anshun dans la province de Guizhou, a été passé à tabac le 18 juillet 2006 au pied de l'immeuble de son journal. Pan Dengfeng, le policier à l'origine des coups, a continué de frapper le journaliste à terre malgré les protestations de la foule présente sur les lieux. Agé de 39 ans, il est mort d'une hémorragie cérébrale à l'hôpital où il avait été transporté. Le policier a été arrêté et une enquête ouverte.

D'après le centre d'information sur les droits de l'homme et la démocratie basé à Hong-Kong, cette affaire serait liée à un article rédigé récemment par Xiao Guopeng qui critiquait vivement la police locale.

Xiao Guopeng est le deuxième journaliste tué cette année en Chine. Dans une affaire similaire, Wu Xianghu, rédacteur en chef adjoint du Taizhou Soir, avait succombé en février dernier aux blessures infligées par un policier, suite à un article critiquant la police locale. Un responsable local avait alors déclaré à l'agence de presse chinoise Xinhua que des mesures seraient prises pour éviter que ce type d'incident ne se reproduise.

N'attendez pas d'être privé de l'information pour la défendre! Devenez membre de Reporters sans frontières Canada: recevez un album de photographies et le bulletin mensuel d'information électronique.Toutes les informations sur notre site: www.rsfcanada.org

Reporters sans frontières défend les journalistes emprisonnés dans le monde, c'est à dire le droit d'informer et d'être informé, conformément à l'article 19 de la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme.


Communiqué envoyé le 25 juillet 2006 à 11:21 et diffusé par :