Le Lézard

L'Office québécois de la langue française fait le point sur les modalités de diffusion de ses travaux réalisés dans le cadre du suivi de la situation linguistique



MONTRÉAL, le 16 mai /CNW/ -- MONTRÉAL, le 16 mai /CNW Telbec/ - L'Office québécois de la langue française (OQLF) s'inscrit en faux contre toute allégation laissant entendre que le contenu de ses travaux de recherche est de quelque manière que ce soit "assujetti au pouvoir politique". Les travaux des professionnels de la Direction de la recherche de l'Office, dont ceux de Mme Elke Laur, sont réalisés dans le cadre d'un mandat confié à l'Office en vertu de l'article 160 de la Charte de la langue française. L'Office doit ainsi surveiller l'évolution de la situation linguistique au Québec et faire rapport au moins tous les cinq ans au ministre responsable, notamment en ce qui a trait à l'usage et au statut de la langue française ainsi qu'aux comportements et aux attitudes des différents groupes linguistiques. À cette fin, il doit compter sur le concours d'un Comité de suivi de la situation linguistique, formé de spécialistes en démographie et en sociolinguistique, qui évalue la qualité scientifique des travaux qui lui sont soumis par les chercheurs.

L'OQLF a déjà transmis à la ministre et publié un premier fascicule d'indicateurs linguistiques. Outre cela, cinq autres études réalisées par les chercheurs de l'Office ou des partenaires ont été publiées, et d'autres sont actuellement en cours d'évaluation par le Comité de suivi de la situation linguistique. L'ensemble des travaux projetés permettra à l'Office de produire un rapport de synthèse qu'il remettra à la ministre en 2007. Avant leur diffusion, les documents de recherche sont évalués par le Comité de suivi de la situation linguistique et, le cas échéant, par des experts externes, puis approuvés par les membres de l'Office québécois de la langue française avant d'être transmis pour information au ministre.

Les résultats de l'étude dont Mme Laur a fait état au congrès de l'Acfas ne peuvent, pour le moment, être diffusés puisque cette étude n'est toujours pas complétée et, a fortiori, n'a donc pas encore reçu l'approbation du Comité de suivi de la situation linguistique ni celle des membres de l'Office. Dans le cas de la deuxième étude inscrite au programme de ce congrès, l'Office avait bien informé les organisateurs du congrès que cette étude ne pouvait être présentée à cette occasion puisqu'elle est actuellement à l'étape de l'évaluation et qu'il tient à respecter ces importantes étapes qui visent à assurer la qualité et l'intégrité des travaux qui portent sa signature.

L'Office déplore que les propos de Mme Elke Laur, rapportés par le journaliste André Noël, aient pu donner l'impression qu'un contrôle politique est exercé sur le contenu des études en cours ou à venir dans le cadre du bilan de suivi de la situation linguistique. La direction de l'OQLF dément cette allégation et ose croire que les précisions données ici apporteront un juste éclairage sur le contexte entourant la production et la diffusion de ses travaux de recherche.

-%SU: CLT

-%RE: 1


Communiqué envoyé le 16 mai 2006 à 14:55 et diffusé par :