Le Lézard

L'UNICEF émet un SOS ENFANTS: République démocratique du Congo



TORONTO, le 24 juillet /CNW/ -- Tandis que la RDC s'apprête à connaître ses premières élections en 40

ans, les enfants et les familles font face tous les six mois à un

"tsunami meurtrier"

TORONTO, le 24 juillet /CNW/ - Plusieurs jours avant que la République démocratique du Congo (RDC) ne tienne ses premières élections libres en 40 ans, l'UNICEF a émis un SOS enfants faisant appel à la communauté internationale pour veiller à ce que les élections donnent lieu à un véritable changement pour les enfants qui vivent l'une des crises humanitaires les plus meurtrières et les plus oubliées du monde.

Les conflits et la violence qui ravagent la République démocratique du Congo (RDC) depuis près de dix ans tuent plus de personnes tous les six mois que le nombre total de victimes du tsunami de 2004 dans l'océan Indien. On estime à quatre millions le nombre total de morts, et certains experts affirment que le bilan est beaucoup plus lourd. L'UNICEF rapporte que les enfants ont été les victimes les plus vulnérables de cette crise tragique qui se déroule au c?ur de l'Afrique, crise la plus meurtrière du monde depuis la deuxième Guerre mondiale.

Chaque jour, douze cents personnes perdent la vie en RDC, des suites directes ou indirectes du conflit, et plus de la moitié d'entre elles sont des enfants. SOS Enfants : RDC décrit l'impact de la guerre sur les enfants et leurs familles, tandis que les armées et milices ont dévasté les villes et les villages au cours des huit dernières années, dans la partie orientale du Congo en particulier. On estime que des dizaines de milliers de gens ont été les victimes directes des violences; si le bilan est si lourd, c'est surtout à cause de la malnutrition et de la maladie, car les combats chassent régulièrement les civils de chez eux et l'instabilité de la situation les empêche d'avoir accès à des services de santé ou à une aide quelconque.

Monsieur Nigel Fisher, président et chef de la direction d'UNICEF Canada, s'est rendu en RDC au mois de juin et a été témoin de l'un des exemples parmi les plus horrifiants du monde des effets du conflit sur les enfants. "Les combats continus en RDC équivalent à une guerre contre les enfants et les femmes", affirme monsieur Fisher. "La violence fondée sur le sexe est déchaînée, et le viol est devenu une arme de guerre largement utilisée. Le monde n'a rien fait et n'a pas su protéger les droits de ces enfants. Ils se sont fait voler leur enfance, tandis qu'ils ont été enrôlés de force dans les groupes armés, soit à titre de combattants ou comme esclaves sexuels, ou ont perdu leur foyer et font face à la menace constante de la maladie et de la mort. En outre, le préjudice psychologique infligé aux enfants, non seulement à cause des blessures, mais parce qu'ils sont témoins d'atrocités, est incommensurable."

L'UNICEF rapporte que ces faits terribles font de la RDC l'un des trois plus dangereux pays où naître. À preuve, il meurt chaque année plus d'enfants de moins de cinq ans en RDC qu'en Chine, dont la population est pourtant 23 fois plus nombreuse.

Parmi les menaces les plus graves pour les enfants de la RDC, on note :

    <<
    -   les agressions sexuelles, utilisées comme armes de guerre contre les
        femmes et les enfants, ont atteint des proportions épidémiques. Rien
        que l'an dernier, on a compté 25 000 cas de viol dans l'est de la RDC
        et il ne s'agit là que des cas rapportés ;
    -   les enfants sont victimes de la guerre en tant que réfugiés ou
        déplacés de l'intérieur. Dans la partie orientale de la RDC, au moins
        120 000 personnes par mois sont chassées de leur foyer et
        1,66 million de personnes restent déplacées. Ces migrations
        constantes privent les enfants d'une éducation, de soins de santé et
        de la chance de mener une vie normale;
    -   près de 30 000 enfants sont sans doute associés aux forces et groupes
        armés en tant que combattants, esclaves sexuels ou accompagnateurs
        dans les camps;
    -   près de la moitié des enfants en âge d'école primaire ne sont pas
        scolarisés et un bébé sur trois de moins de douze mois n'est pas
        vacciné contre la rougeole. Quelque 31 pour cent des enfants de moins
        de cinq ans souffrent d'insuffisance pondérale, un chiffre alarmant.
    >>


Pourtant, au coeur de cette crise humanitaire majeure, SOS Enfants : RDC rapporte que les prochaines élections constituent un espoir sans précédent et représentent "la chance de toute une vie" pour les enfants de la nation, dont beaucoup n'ont connu que la guerre. Plus de 77 pour cent de la population ayant droit de vote sont déjà inscrits, une étape vitale pour façonner l'avenir du pays. L'UNICEF souligne l'importance de placer les enfants au coeur du programme post-électoral, incluant l'investissement dans les services sociaux et l'engagement à démobiliser tous les enfants associés aux forces et groupes armés.

"Lors de mon passage dans la partie orientale de la RDC, j'ai été dépassé par la résistance des enfants", explique monsieur Fisher. "Les enfants dans les centres de transit et dans les camps de déplacés ont subi des traumatismes innommables, et ils arrivent malgré tout à sourire, à rire et à danser. Ces enfants méritent de regagner leur enfance et leur avenir. La communauté internationale doit se rallier afin d'apporter une aide humanitaire d'urgence dès maintenant et le soutien voulu pour veiller à ce que le gouvernement élu dispose des capacités, des ressources et de l'autorité pour protéger les droits des enfants et reconstruire leur pays."

Monsieur Fisher félicite le courage du peuple congolais sur place, en grande partie des femmes, qui sauvent la vie de nombreux enfants grâce aux services de santé et sociaux communautaires à leur intention. L'UNICEF, en partenariat avec de nombreuses agences tant locales qu'internationales, fournit un suivi psychosocial, des centres de transit pour la démobilisation des enfants soldats de même que des vaccins, des écoles temporaires dans les camps de déplacés, l'accès à de l'eau salubre et à des installations sanitaires, et des fournitures non alimentaires comme des ustensiles de cuisine, des bidons d'eau et des bâches de plastique pour les abris provisoires. Mais il est impossible de proposer un développement à long terme (éducation primaire universelle et gratuite, soins de santé gratuits pour les enfants de moins de cinq ans, moustiquaires pour les femmes enceintes et les enfants de moins de cinq ans, entretien des sources d'eau, plus de suivi et de soutien pour les femmes et les enfants) tant que la paix ne sera pas revenue de façon durable.

La stabilité relative a permis l'accès aux régions orientales du pays, mais des ressources supplémentaires sont nécessaires pour répondre aux besoins de plus en plus importants. Afin de continuer de fournir une aide d'urgence, y compris une aide pour les enfants de la rue dans les centres urbains et pour ceux qui travaillent dans les mines sur tout le territoire de la RDC, l'UNICEF a besoin de 93,67 millions de dollars (soit près de 106 millions de dollars canadiens). Moins de 50 pour cent de cette somme ont été recueillis.

"Tous les six mois, les enfants et les familles de la RDC subissent une vague meurtrière équivalente à celle du tsunami en 2004, et, pourtant, cette terrible situation d'urgence n'a soulevé que bien peu d'attention dans les médias et le public", affirme monsieur Fisher "Si nous combinons un puissant soutien international à la volonté du peuple congolais de bâtir un avenir pour son pays, alors les possibilités de sauver et d'améliorer la vie des enfants de la RDC seront infinies."

Pour télécharger le rapport, veuillez visiter le site www.unicef.ca. Des images vidéo seront disponibles gratuitement sur The Newsmarket : http://www.thenewsmarket.com.


Communiqué envoyé le 24 juillet 2006 à 14:27 et diffusé par :