Le Lézard
Classé dans : Santé

Thaïlande : la science du XXIème siècle défend à juste titre l'utilisation appropriée du chrysotile



BANGKOK, Thaïlande et LONDRES, Angleterre, July 21 /PRNewswire/ -- L'Institut du chrysotile va présenter aujourd'hui ses recherches démontrant que l'utilisation appropriée du chrysotile (amiante blanc) est beaucoup plus sûre que celle d'autres fibres d'amiante, comme l'amphibole.

Le chrysotile, seule fibre présente dans 90 % des matériaux contenant de l'amiante dans le monde entier, est souvent confondu avec les fibres nocives de l'amiante amphibole, parce que le terme générique d'amiante est utilisé indifféremment pour décrire les deux types de fibres. Cette confusion gêne la bonne réglementation, faisant ainsi perdre aux entreprises des milliards de dollars.

Ceux qui ont investis des capitaux dans le lobbying anti-amiante ont délibérément utilisé des informations scientifiques dépassées et se sont servis de la confusion entre les différentes fibres pour préconiser l'interdiction totale de tous les produits amiantés, dont ceux contenant du chrysotile, débattue par l'Union européenne en janvier 2005.

Le professeur John Bridle, Inspecteur général du comité de surveillance britannique Asbestos Watchdog, citera des cas au Royaume-Uni où le concours de << mauvaises informations scientifiques, de mauvaises réglementations et d'une campagne de diabolisation >> a engendré une série de faillites et un climat d'inquiétude autour de produits et matériaux qui ne présentent << aucun risque mesurable pour la santé >>.

Le professeur Bridle détaillera son travail avec le gouvernement britannique afin d'aider les entreprises anglaises et les propriétaires qui font les frais de l'application trop stricte d'une réglementation inadaptée , fondée sur des informations scientifiques dépassées.

<< Les produits contenant du chrysotile ne présentent aucun risque mesurable pour la santé dans les conditions d'utilisation actuelles. La grande propagande anti-amiante est fondée sur une confusion délibérée entre les fibres d'amiante amphibole non traitées et les produits contenant du chrysotile, qui ne présentent aucun risque mesurable >>, annoncera le professeur Bridle.

De nouvelles données ainsi que de récentes découvertes scientifiques sur le chrysotile seront présentées par le docteur suisse David Bernstein, expert en toxicologie, qui a conduit de nombreuses recherches au cours de ces 35 dernières années, notamment sur l'évaluation de la toxicité des fibres.

<< La science ne prouve pas que le chrysotile doive être traité de la même manière que l'amphibole. S'il existe un besoin d'information, il faut avant tout proposer une approche responsable et adaptée de la réduction des expositions de ceux qui travaillent au contact de poussières minérales, notamment le chrysotile, et aussi apprendre des erreurs passées, liées à l'utilisation de l'amiante amphibole (amiante bleu) >>, ajoute le Dr. Bernstein.

Les deux intervenants souligneront l'importance d'informer le public sur les risques réels de certaines fibres d'amiante et sur les conséquences économiques de la confusion actuelle.

Notes aux rédacteurs:

Le chrysotile (l'amiante blanc) est un minéral d'origine naturelle largement utilisé dans le monde entier. Le chrysotile est souvent confondu avec les fibres amphiboles, générant ainsi un climat d'inquiétude autour de produits qui ne présentent aucun risque mesurable pour la santé. Cette inquiétude est due aux effets nocifs des fibres d'amiante de la famille des amphiboles.

Le chrysotile est issu du même minéral que le talc.

Les nouvelles recherches scientifiques présentées en Thaïlande portent sur l'utilisation appropriée du chrysotile. De récentes données scientifiques indiquent clairement que l'utilisation actuelle du chrysotile ne présente aucun risque mesurable pour la santé humaine.

Le chrysotile est produit dans 25 pays dont le Canada, la Russie, la Chine, le Brésil et le Kazakhstan. Il est abondamment utilisé dans les matériaux de construction, notamment dans la fabrication des conduites d'eau. De nombreuses études ont prouvé que la présence du chrysotile dans les matériaux de construction était inoffensive, si ceux-ci n'étaient pas manipulés.

Le terme << amiante >> est générique et commercial. Il regroupe deux familles de silicates fibreux : la serpentine (l'amiante blanc, ou le chrysotile) et les amphiboles. Au cours de longues années de recherches, plusieurs études portant sur l'évaluation du risque des deux familles d'amiante ont été réalisées, confirmant que les risques liés à l'utilisation du chrysotile étaient très différents de ceux liés à l'utilisation de l'amphibole. Les cristaux d'amphibole sont à l'origine de davantage de pathologies que le chrysotile, pour une utilisation similaire de leurs fibres. Pourtant, la réglementation européenne leur réserve le même traitement.

Le professeur David Bernstein

Fort de plus de 35 ans d'expérience dans l'inhalation toxique, le docteur Bernstein fait partager ses vastes connaissances aux autorités publiques et aux industries chimiques et pharmaceutiques du monde entier. Possédant une formation initiale en physique de l'état solide, il s'est spécialisé dans la toxicologie au cours de son doctorat, et plus précisément dans l'inhalation toxique, au cours des années suivantes. Son aisance dans le domaine des mathématiques des fluides, des aérosols et de la physiologie animale a permis au Dr Bernstein de concevoir une nouvelle génération d'aérosols et de systèmes d'exposition, destinés à mener des recherches sur l'inhalation toxique.

En tant que responsable et directeur de l'institut Battelle et du RCC de Genève, le Dr Bernstein a dirigé des centaines d'études sur l'inhalation toxique de produits chimiques, de médicaments et de fibres, assurant également leur adéquation aux normes d'agrément des laboratoires (GLP) et l'interprétation des résultats. Dernièrement, il a travaillé en tant que conseiller scientifique indépendant pour les autorités publiques, en vue d'évaluer la réglementation de certains produits. Il oeuvre également en tant qu'expert dans le domaine de l'inhalation toxique pour les industries pharmaceutiques et chimiques, particulièrement en ce qui concerne les normes réglementaires.

Tout au long de sa carrière, le Dr Bernstein a participé à l'élaboration et à l'évaluation de recherches sur les fibres toxiques. Il a joué un rôle clé dans le développement de nombreux concepts et réglementations qui évaluent la toxicité des fibres. Il est l'auteur de plus de 65 publications scientifiques ainsi que de plusieurs chapitres de manuels de toxicologie et de nombreuses présentations et rapports. Il fait également partie des spécialistes consultés par différentes agences internationales et gouvernementales, dont l'USEPA (Agence américaine pour le protection de l'environnement) et l'OMS, qui ont récemment fait appel à lui dans le cadre de l'évaluation des fibres vitreuses synthétiques.

Le professeur John Bridle

Le professeur Bridle est l'Inspecteur général d'Asbestos Watchdog. Son expérience porte sur de nombreux problèmes liés à l'amiante. Il s'est récemment vu attribué le titre de Docteur honoris causa en << sciences de l'amiante >> par l'Institut russe de la santé du travail. Cette nouvelle chaire lui confère la plus haute autorité dans le domaine des sciences de l'amiante à l'échelle mondiale.

Le professeur a donné des conférences dans le monde entier pour différents gouvernements sur les conséquences économiques de l'interdiction de l'amiante, dont une destinée aux membres du Parlement et de la Chambre des Lords britanniques, en vue d'alimenter leurs débats. Il a permis à différentes entreprises et organisations d'économiser plusieurs millions de livres grâce à une application appropriée des nouvelles réglementations concernant l'amiante.

Les organismes britanniques Health Safety Executive et Environment Agency ont déjà fait appel à son expérience et à ses connaissances dans le domaine de l'amiante. Il est également consulté en tant que spécialiste par les plus grandes entreprises multinationales ainsi que par des cabinets juridiques et de nombreuses petites entreprises. Les propriétaires de biens immobiliers ont également apprécié les conseils qu'il leur a gratuitement fournis par le biais d'Asbestos Watchdog.

Pour plus d'informations :

http://www.Chrysotile.com/en/index.aspx

Ces communiqués peuvent vous intéresser aussi

à 09:00
Afin de maintenir ce service à proximité des usagers et de bonifier l'accessibilité des services du réseau de la santé et des services sociaux dans la région, le ministre de la Santé et des Services sociaux, monsieur Gaétan Barrette, ainsi que le...

à 08:31
BELLUS Santé inc. (« BELLUS Santé » ou la « société »), une société biopharmaceutique de développement de nouveaux médicaments ciblant des maladies pour lesquelles il existe d'importants besoins médicaux non comblés, a annoncé...

à 08:00
Une nouvelle étude publiée par le Canadian Health Policy Institute (CHPI) indique qu'il n'y a pas de crise liée aux dépenses en ce qui concerne les médicaments brevetés au Canada. Ajusté en fonction de facteurs économiques réels comme la population,...

à 07:30
La CNESST rendra publiques le 12 décembre les conclusions de son enquête sur l'explosion survenue à l'usine de Rio Tinto Fer et Titane le 30 mars 2017, et ayant blessé sans gravité quatre travailleurs de l'entreprise. Les journalistes sont conviés à...

à 07:15
Weight Watchers International, Inc. a annoncé aujourd'hui la nomination de Kevin O'Brien au poste de président de Weight Watchers Canada, ltée. À ce titre, M. O'Brien veillera au bon déroulement de l'ensemble des activités commerciales canadiennes...

à 07:00
Les représentantes et représentants des médias sont invités à assister à une conférence de presse au cours de laquelle le ministre de la Santé et des Services sociaux, monsieur Gaétan Barrette, et le député d'Abitibi-Est, monsieur Guy Bourgeois,...




Communiqué envoyé le 21 juillet 2006 à 18:17 et diffusé par :