Le Lézard

Évacuation des ressortissants canadiens au Liban - "La décision de Stephen Harper d'abandonner à leur sort les résidents permanents est discriminatoire." - Meili Faille



OTTAWA, le 19 juillet /CNW/ -- OTTAWA, le 19 juillet /CNW Telbec/ - "En s'objectant au rapatriement depuis le Liban d'une partie des personnes qui ont le statut de résident permanent, Stephen Harper refuse de leur reconnaître les mêmes droits qu'aux citoyens canadiens, notamment ceux qui découlent de la Charte des droits et libertés, ce qui est inconcevable. Pourtant, tout comme les citoyens, les résidents permanents jouissent de tous les droits, dont celui de bénéficier de la protection du Canada lorsque leur vie est en danger." C'est en ces termes que la porte-parole du Bloc Québécois en matière de Citoyenneté et Immigration, et députée de Vaudreuil-Soulanges, Meili Faille, analyse et commente le geste d'Ottawa de refuser net aux résidents permanents canadiens la possibilité d'être évacués du Liban, tout en précisant que leurs droits sont les mêmes que pour les citoyens, à l'exception qu'ils n'ont pas le droit au passeport canadien, ni le droit de vote et qu'ils doivent se soumettre à des conditions de résidence.

La porte-parole du Bloc Québécois note que la présente crise au Liban met en évidence une face sombre du Parti conservateur. "Stephen Harper doit réviser sa position au regard des droits des résidents permanents car, autrement, il vient dangereusement perturber la politique interne du Canada en considérant qu'ils n'ont pas les mêmes droits en vertu de la Charte. Il crée, à toutes fins pratiques, une autre catégorie de personnes et cela ouvre la porte à l'interprétation des droits de ces personnes qui vivent légalement sur le territoire canadien. Jusqu'à aujourd'hui, personne n'avait fait cette distinction face à la Charte et j'estime que c'est troublant et inacceptable", a affirmé Meili Faille.

La porte-parole du Bloc Québécois constate encore une fois l'incapacité de ce gouvernement à gérer adéquatement cette crise de même que le manque d'empathie du premier ministre à l'égard des Québécois et des Canadiens d'origine libanaise pris dans la tourmente du Proche-Orient.

"Le monde fait face à une crise politique, militaire et humanitaire majeure. Le premier ministre Harper doit plus que jamais, dans ces circonstances, faire preuve de célérité et de compassion dans ses décisions au regard de tous les ressortissants canadiens, qu'ils soient citoyens reçus ou résidents permanents, et agir en toute conformité avec les lois du Canada. Sinon il aura à répondre des torts et des souffrances que subiront les résidents permanents canadiens laissés à eux-mêmes au Proche-Orient", a conclu Meili Faille.


Communiqué envoyé le 19 juillet 2006 à 13:46 et diffusé par :