Le Lézard

Exportations solides pour l'Alberta, grâce à l'énergie, mais d'autres secteurs sont aussi en plein essor



CALGARY, le 16 mai /CNW/ -- CALGARY, le 16 mai /CNW Telbec/ - Après une croissance considérable de 18,5 % en 2005, la valeur des exportations internationales de l'Alberta devrait progresser plus modérément, soit de 6 % en 2006 et 2 % en 2007, d'après les prévisions provinciales à l'exportation d'Exportation et développement Canada (EDC).

"S'il est indéniable que le secteur de l'énergie est le moteur du boom des exportations provinciales, il ne faudrait pas oublier la solide performance des secteurs agroalimentaire, manufacturier ainsi que des biens industriels et de l'équipement albertains", déclare Stephen Poloz, premier vice-président, Affaires générales, et économiste en chef d'EDC. "À un moment où le dollar et les prix de l'énergie s'envolent, au grand dam des secteurs non énergétiques, les entreprises albertaines ont trouvé un moyen non seulement de faire face à la situation, mais de prendre de l'expansion."

L'évolution des marchés pétroliers et gaziers, notamment, a propulsé les ventes globales d'énergie et contribué à un gain de 12,4 G CAD dans les exportations, qui s'élevaient au total à 79,2 G CAD l'an dernier. On s'attend à un léger fléchissement des cours du pétrole et du gaz naturel à plus long terme, en raison de l'augmentation de la production mondiale et d'une diminution de la croissance de la demande d'énergie. Le pétrole et le gaz naturel représentent plus des deux tiers des exportations totales de l'Alberta et, si l'on inclut le charbon et l'électricité, les exportations énergétiques affichaient une augmentation de 25 % en 2005, passant à 58 G CAD, ce qui équivaut à près des trois quarts des recettes totales à l'exportation. Les exportations énergétiques devraient augmenter globalement de 6 % en 2006, puis d'environ 2 % en 2007.

Les autres principales exportations de la province sont les biens industriels, l'agroalimentaire, les machines et l'équipement (M-E), et la foresterie, qui représentaient, respectivement, 11 %, 6 %, 4 % et 4 % des exportations totales en 2005. Les exportations de biens industriels et de M-E devraient afficher une croissance de 2 % et 6 %, respectivement, en 2006 et de 3 % et 5 % en 2007. Les exportations agroalimentaires devraient augmenter de 11 % en 2006 et 6 % en 2007, tandis que celles du secteur forestier continueront de décliner, soit de 7 % en 2006 et 4 % en 2007. Dans l'industrie agroalimentaire, la vente d'animaux vivants a enregistré les seuls gains notables de 2005, tandis que celle de viande transformée et de céréales secondaires a augmenté de 2 % à 3 %. Les exportations de blé et d'oléagineux ont reculé de 18 % à 23 %. Les exportations d'animaux vivants resteront en tête des ventes agroalimentaires en 2006, mais les gains devraient être plus généraux dans les autres sous-catégories agroalimentaires.

À l'échelle nationale, la croissance économique canadienne devrait rester stable à 3,0 % en 2006 et 2,7 % en 2007. Les volumes d'exportations canadiennes devraient augmenter de 3 % en 2006, en légère hausse par rapport à 2 % en 2005. À l'échelle internationale, EDC prévoit une croissance mondiale de 4,3 % en 2006 et de 4,1 % en 2007, en baisse par rapport à une expansion de 4,5 % en 2005. La vigueur continue est supérieure à la moyenne à long terme. Les Prévisions à l'exportation d'EDC sont présentées à http://www.edc.ca/docs/ereports/gef/EFindex_f.htm.

EDC, organisme de crédit à l'exportation du Canada, offre des solutions commerciales novatrices pour aider les exportateurs et les investisseurs canadiens à réussir sur les marchés mondiaux. Chaque année, quelque 7 000 entreprises canadiennes et leurs clients étrangers tirent profit de ses connaissances et de ses partenariats pour faire des affaires sur environ 200 marchés. Société financièrement autonome, EDC est un chef de file reconnu dans l'établissement de rapports financiers, l'analyse économique et la gestion des ressources humaines.


Communiqué envoyé le 16 mai 2006 à 11:00 et diffusé par :