Le Lézard

Le Bureau de la Sécurité des Transports publie des images réalisées dans le cadre de son enquête sur le naufrage du Queen of the North exploité par B.C. Ferry Services survenu le 22 mars 2006



VANCOUVER, COLOMBIE-BRITANNIQUE--(CCNMatthews - 18 juillet 2006) - Le Bureau de la sécurité des transports du Canada (BST) publie des images réalisées lors de la deuxième opération de recherche sous-marine entourant le naufrage du Queen of the North (dossier M06W0052). Le parachèvement de cette opération de recherche marque la fin du travail sur le terrain.

Rappelons que vers 0 h 20, heure normale du Pacifique, le 22 mars 2006, le traversier Queen of the North exploité par British Columbia Ferry Services Inc. (BCFS) effectuait la traversée entre Prince Rupert et Port Hardy (Colombie-Britannique) et a heurté l'île Gil. Le navire a subi des avaries et a coulé environ une heure plus tard. Les passagers et les membres de l'équipage ont été évacués sur Hartley Bay, un village voisin. Le navire transportait 101 passagers et membres d'équipage; 99 personnes ont été retrouvées; 2 passagers sont portés disparus et sont présumés avoir été à bord du traversier au moment du naufrage.

Dans la semaine suivant l'accident, le BST a dirigé une opération de recherche sous-marine de deux jours sur le Queen of the North. Cette opération a permis au BST de rassembler de l'information visuelle importante concernant l'état du navire et d'établir la position exacte du navire.

L'information recueillie lors de la première opération de recherche sous-marine a facilité la planification de l'opération de recherche sous-marine suivante. Le 15 juin 2006, l'Etablissement canadien des submersibles scientifiques (Canadian Scientific Submersible Facility ou CSSF) situé à Sidney (Colombie-Britannique) a utilisé son engin sous-marin télécommandé ROPOS (remotely operated platform for ocean science) pour l'opération de recherche qui s'est déroulée à une profondeur de 426 mètres.

L'opération de recherche de deux jours visait à recueillir de l'information qui pourrait aider le BST à comprendre les événements ayant mené au naufrage du Queen of the North. Le BST voulait entre autres explorer la timonerie pour y recueillir de l'information. L'opération a réussi et aujourd'hui le BST publie des images du Queen of the North sur son site Web. Les images montrent le ROPOS au travail. On le voit nettoyer la zone de débris, fracasser une fenêtre de la passerelle pour y pénétrer et prendre des images de cette partie du navire.

L'opération de recherche visait également à récupérer l'équipement de la passerelle qui pourrait aider le BST à analyser et à valider les circonstances entourant l'accident. L'opération a notamment permis de récupérer le disque dur du système de cartes électroniques (ECS), l'unité du système automatisé d'identification (SAI), le récepteur GPS (système de positionnement global) et la radio ASN (appel sélectif numérique). L'analyse des données récupérées de ces composants est en cours.

La récupération de ces composants aidera le BST à reconstituer les mouvements du navire. Les enregistreurs de données du voyage (appareils VDR) des navires sont des outils précieux pour les enquêtes.

Les appareils VDR ont été conçus pour remplir des fonctions similaires aux "boîtes noires" qui équipent les avions depuis de nombreuses années. Ils enregistrent de l'information essentielle sur le navire fournie par les capteurs du navire et par les enregistreurs de communications. Le tout est stocké dans un dispositif renforcé appelé capsule. Cette information est analysée ultérieurement par les enquêteurs à la suite d'un incident. Conscient de l'importance que revêtent ces dispositifs pour la conduite des enquêtes de sécurité, le Bureau a retenu l'absence d'appareil VDR au nombre de ces problèmes de sécurité en 1997 et en 1999.

BCFS a informé le BST que tous les nouveaux navires seront équipés d'un appareil VDR. Les navires existants seront dotés d'un enregistreur de données du voyage simplifié (SVDR).

L'accent sera maintenant mis sur l'analyse de l'information recueillie. Il s'agira notamment d'examiner l'équipement électronique de navigation et la documentation, et d'analyser l'information obtenue dans les entrevues avec les membres d'équipage et les passagers à bord du traversier au moment de l'accident ainsi qu'avec des cadres supérieurs de BCFS, en vue de reconstituer les événements et de déceler les lacunes de sécurité. Le troisième et dernier volet sera la production du rapport final, qui sera précédée de l'examen, sous le sceau de la confidentialité, du rapport provisoire par les personnes désignées par le Bureau.

Si l'enquête révèle une lacune de sécurité, le BST émettra une communication de sécurité pour que des mesures soient prises à cet égard dès que possible.

Le BST est un organisme indépendant qui mène des enquêtes sur des événements maritimes, de pipeline, ferroviaires et aéronautiques. Son seul but est de promouvoir la sécurité des transports. Le Bureau n'est pas habilité à attribuer ni à déterminer les responsabilités civiles ou pénales.

Ce communiqué est disponible sur le site du BST à www.bst.gc.ca


Communiqué envoyé le 18 juillet 2006 à 12:05 et diffusé par :