Le Lézard

Interdiction de distribuer des sacs de plastique non biodégradables - LE DÉPUTÉ STÉPHAN TREMBLAY RENCONTRE DES INTERVENANTS POUR EN DISCUTER



QUÉBEC, le 16 mai /CNW/ -- QUÉBEC, le 16 mai /CNW Telbec/ - Le député de Lac-Saint-Jean et porte-parole de l'opposition officielle en matière d'environnement, Stéphan Tremblay, a rencontré, hier, certains des principaux intervenants concernés afin d'échanger et discuter de la problématique des sacs de plastique.

Cette rencontre, organisée par le député, s'inscrit dans le cadre du projet de loi interdisant la distribution de sacs de plastique non biodégradables déposé en avril 2005. Bien que ce projet en soit encore à l'étape de l'adoption de principe et qu'il n'ait pas été adopté, plusieurs initiatives ont vu le jour, lesquelles témoignent d'une amorce de changement dans la façon d'utiliser les sacs de plastique. Le projet de loi soulève par ailleurs certaines questions, auxquelles cette journée de discussion tentait de répondre.

"Depuis un an, plusieurs projets qui abordent la problématique des sacs de plastique et les meilleures façons d'intervenir ont vu le jour. L'objectif de cette rencontre était de partager l'ensemble de ces connaissances sur cette question. Évidemment, une commission parlementaire aurait été un endroit idéal pour en discuter. Le gouvernement n'ayant pas jugé pertinent de débattre du projet de loi, j'ai choisi d'organiser moi-même cette table ronde", a indiqué M. Tremblay.

Au nombre des participants, notons le Bureau des normes du Québec, l'Union des consommateurs, l'Association des détaillants en alimentation du Québec, de même que des représentants de l'industrie des plastiques, du compostage, des sacs biodégradables et des sacs réutilisables.

Lors de l'activité, les participants ont eu l'occasion d'échanger notamment sur le rôle de l'État québécois afin de réduire la quantité de sacs de plastique utilisés, les propriétés des différents types de sacs à durée de vie limitée, les paramètres que la société québécoise devrait établir pour une certification, les débouchés potentiels pour le recyclage des sacs de plastique au Québec, la cohabitation entre les sacs de plastique à durée de vie limitée et le recyclage et sur l'utilisation des sacs compostables dans le but de faciliter la cueillette des matières putrescibles.

Au terme de cette journée, il ressort d'abord que la question des sacs de plastique est plus compliquée qu'elle n'y paraît. "Il serait trop simpliste d'opposer les intervenants "pour" et les intervenants "contre" l'utilisation des sacs de plastique. Tout le monde reconnaît que nous devons modifier l'usage que nous faisons des sacs de plastique. Ces intervenants vivent toutefois des réalités différentes et leurs suggestions quant aux façons d'intervenir diffèrent parfois", a ajouté le député.

La journée a permis de mettre en évidence la difficulté de départager les rôles respectifs de l'État et de l'industrie sur cet enjeu. "Si certains privilégient l'intervention de l'État au moyen d'une écotaxe par exemple, d'autres suggèrent plutôt de laisser les initiatives à l'industrie. Tous ont toutefois salué le projet de certification des sacs compostables qui est actuellement en marche", a poursuivi M. Tremblay.

Le député s'est tout de même réjoui de l'avancement de la réflexion sur la problématique des sacs de plastique. "Il y a encore beaucoup de chemin à faire. Le débat sur les sacs de plastique a ouvert une porte afin d'aborder d'autres problématiques sociétales importantes. Il est maintenant impératif d'élargir notre réflexion à l'ensemble des emballages et matières jetables, de même qu'au défi que pose la gestion des matières putrescibles. La rencontre m'en a donné la certitude", a conclu le député.

-%SU: ENV

-%RE: 1


Communiqué envoyé le 16 mai 2006 à 10:36 et diffusé par :