Le Lézard

Accident mortel d'un patrouilleur bénévole à Ski Bromont : la CSST dépose son rapport d'enquête



SAINT-HYACINTHE, le 13 juillet /CNW/ -- SAINT-HYACINTHE, le 13 juillet /CNW Telbec/ - La Commission de la santé et de la sécurité du travail (CSST) dévoile aujourd'hui les conclusions de son enquête sur l'accident qui a entraîné le décès de M. Gottfried Beugger, un patrouilleur de sécurité bénévole de Ski Bromont. Le 4 mars 2005, il descend en ski la piste Daveluyville du Mont Soleil. Il perd le contrôle de sa descente et est entraîné à l'extérieur dans un ravin boisé et enroché. Dans sa chute, il heurte un arbre et se frappe violemment la tête sur une roche en saillie. L'enquête révèle notamment qu'un ravin boisé et enroché est facilement accessible en bordure de la piste Daveluyville.

Rappel de l'événement

Le 4 mars 2005, dans le cadre d'une nuit blanche organisée par la station de ski, M. Beugger occupe sa fonction de patrouilleur de sécurité bénévole. Vers 20 h 30, il descend la piste de ski Daveluyville en compagnie de membres de sa famille. Rendu à la jonction des pistes Daveluyville et Black Lake, il descend en slalom sur le côté gauche de la piste lorsque, soudainement, il perd le contrôle et tombe dans le ravin en bordure de la piste. En tombant, il se frappe violemment la tête sur une roche en saillie, bien qu'il porte un casque protecteur. Son décès est constaté à l'hôpital.

Constatations de la CSST

L'enquête a permis à la CSST de retenir les causes suivantes pour expliquer l'accident :

    <<
    - une perte de contrôle entraîne le patrouilleur à l'extérieur de la
      piste où il tombe dans un ravin;
    - un ravin boisé et enroché est facilement accessible en bordure de la
      piste Daveluyville;
    - la région occipitale de la tête (partie arrière de la tête) du
      patrouilleur frappe violemment une roche en saillie.
    >>


Exigences de la CSST

Afin d'éviter qu'un accident similaire ne se reproduise, la CSST a exigé de l'employeur des mesures temporaires visant à sécuriser les lieux de l'accident. Des balises ont été installées en bordure de la piste, afin de signaler la présence du ravin, et un remblai de neige d'une hauteur de 1,2 mètre a aussi été exigé jusqu'à la fin de la saison de ski. En plus des mesures exigées par la CSST, l'employeur a recouvert le ravin enroché de balles de foin. Afin d'obtenir des correctifs permanents, la CSST a exigé de l'employeur qu'il procède à l'enlèvement des roches présentes dans le ravin. L'employeur s'est conformé à ces exigences.

-%SU: LBR,LAW

-%RE: 68


Communiqué envoyé le 13 juillet 2006 à 07:30 et diffusé par :