Le Lézard

Territoire Le Massif : Malgré que les gouvernements soient maintenant au rendez-vous, il manque toujours une condition au promoteur pour pouvoir aller de l'avant avec son projet



BAIE-SAINT-PAUL, QC, le 12 juillet /CNW/ -- BAIE-SAINT-PAUL, QC, le 12 juillet /CNW Telbec/ - Un dénouement positif est survenu aujourd'hui en ce qui a trait à la participation des gouvernements dans l'important projet récréotouristique de 230 millions de dollars sur lequel l'homme d'affaires Daniel Gauthier et son équipe travaillent depuis plusieurs années déjà. Mais une problématique demeure encore omniprésente soit l'incapacité de s'entendre avec l'exécutif syndical représentant les employés syndiqués de la station de ski Le Massif.

Les gouvernements sont au rendez-vous

Les négociations se sont poursuivies toute la semaine avec les deux paliers gouvernementaux se soldant par l'analyse de différents scénarios financiers dans le but d'assurer la faisabilité du projet. Les intentions d'investissements des gouvernements totalisent maintenant le minimum requis par le promoteur pour aller de l'avant, soit 60 millions de dollars. Les modalités des ententes doivent être finalisées dans les prochains jours. Rappelons que plus de 63% des sommes investis par les gouvernements sera remis à la collectivité via certains équipements à vocation publique prévus au projet, notamment une salle multifonctionnelle de 400 places, des gares, une navette ferroviaire, des places publiques et un marché public. "Peu de régions peuvent se vanter de pouvoir mettre de tels équipements au service de leur population et des touristes, dans une vision intégrée de développement" déclare Daniel Gauthier, président du Groupe Le Massif.

"Je suis très heureux de l'engagement que prennent aujourd'hui les gouvernements afin de concrétiser ce projet et je les en remercie. Je suis certain que leur investissement sera rentable tant pour la région, que pour le Québec et le Canada" de poursuivre celui-ci rappelant ainsi l'extraordinaire vitrine que représentera son projet récréotouristique. "Nous voulons créer un projet qui se démarquera et qui fera école comme modèle de développement dans l'industrie touristique. Il offrira sans contredit une visibilité de premier plan au Québec et au Canada, et ce, à l'échelle internationale" ajoute l'homme d'affaires.

Daniel Gauthier doit toutefois freiner ses élans puisqu'il lui reste encore un élément de taille à régler avant de crier victoire.

Douche froide du côté de l'exécutif syndical

Parmi les conditions identifiées par le promoteur comme facteurs essentiels de succès pour la réalisation du projet, figure également l'adhésion du personnel syndiqué du Massif. Rappelons que Groupe Le Massif négocie depuis plusieurs mois déjà avec la CSN et l'exécutif syndical de la station de ski. Les négociations portent essentiellement sur des éléments d'organisation du travail et le renouvellement d'une convention collective à long terme (minimum 6 ans).

"Compte tenu des investissements majeurs que je m'apprête à faire dans ce projet, il était impératif de préciser nos attentes et de s'entendre dès maintenant envers le personnel de la station de ski" mentionne Daniel Gauthier faisant référence à son intention d'inclure dans la convention collective des éléments touchant une meilleure intégration des cadres au travail d'équipe, une plus grande mobilité du personnel ainsi que l'ajout de notions de compétence, tout en respectant l'ancienneté.

"Malgré l'appui public manifesté par la CSN, nos discussions avec l'exécutif syndical demeuraient difficiles rendant impossible, encore aujourd'hui, la signature d'une entente de principe entre les parties" déclare monsieur Gauthier.

Après des mois de négociations, Groupe Le Massif s'est buté ce matin à une fin de non recevoir de la part de l'exécutif syndical qui refuse toujours d'entériner les amendements souhaités à la convention collective.

"J'aurais souhaité participer à de réelles négociations avec le syndicat local. Notre objectif n'était aucunement de venir mettre en péril les emplois actuels mais visait notamment à sécuriser le futur en s'entendant sur des principes qui auraient dès maintenant figuré dans les textes de notre convention collective" précise le promoteur en rappelant que l'adhésion du personnel est pour lui essentielle au projet. "Sans l'adhésion de nos employés, il est impossible de démarrer le projet. C'était une condition et ça l'est toujours. Je ne ferme pas la porte aux discussions mais encore faudra-t- il être pris au sérieux" ajoute Daniel Gauthier avant de conclure. "Il est clair pour nous que les employés syndiqués du Massif ont désormais le sort du projet entre leurs mains".

La suite des choses

Rappelons que la collectivité, l'industrie touristique, les municipalités, les gouvernements, la communauté d'affaires de Charlevoix et de la grande région de Québec, et même la CSN, ont tous manifesté publiquement leur appui au projet au cours des derniers mois. Tous ces gens ont reconnu d'emblée l'importance du projet du Groupe Le Massif tant pour l'amélioration et la diversification de l'offre touristique régionale que pour les impacts positifs qu'il aura sur l'économie de la région, générant la création de plus de 600 emplois permanents et des retombées économiques annuelles pouvant atteindre 60 millions de dollars.

Il espère évidemment des rebondissements positifs suite à l'annonce d'aujourd'hui. Si une entente était conclue rapidement avec le syndicat, il demeure toujours possible d'envisager à l'automne un lancement officiel haut en couleurs, en présence de tous les dignitaires des gouvernements et des nombreux intervenants municipaux et régionaux interpellés par le projet.

Un point de presse se tiendra le mardi 18 juillet, dès 13h30, au chalet du Sommet de la station de ski Le Massif.


Communiqué envoyé le 12 juillet 2006 à 19:18 et diffusé par :