Le Lézard

Une mauvaise installation cause une chute mortelle : la CSST dépose son rapport d'enquête



MONTRÉAL, le 16 mai /CNW/ -- MONTRÉAL, le 16 mai /CNW Telbec/ - La Commission de la santé et de la sécurité du travail (CSST) dévoile aujourd'hui les conclusions de son enquête sur l'accident qui a entraîné le décès de M. Alain Dionne, un travailleur des Toitures & profiles métalliques Nobel St-Laurent inc. Alors qu'il exécute des travaux de réfection de toiture dans un bâtiment industriel, boulevard Rivière-des-Prairies à Montréal, il chute tête première, à travers un puits de lumière.

Rappel de l'évènement

Le 20 octobre 2005, des travailleurs effectuent des travaux de réfection de toiture dans un bâtiment situé sur le boulevard Rivière-des-Prairies à Montréal. L'un d'eux, M. Alain Dionne, prend les matériaux enlevés et les dépose dans une boîte à déchets, installée au bout du mât d'un chariot élévateur. À un moment donné, M. Dionne échappe son marteau, qui glisse sur la toiture. Le travailleur se détache du système de protection contre les chutes et descend pour récupérer son outil. Il remonte ensuite à la hauteur de la boîte à déchets et y prend place sans se rattacher. En s'accroupissant pour continuer son travail, M. Dionne perd l'équilibre et fait une chute de six mètres, à travers un puits de lumière.

Constatations de la CSST

L'enquête a permis aux inspecteurs de la CSST de retenir la cause suivante pour expliquer cet accident : la méthode de travail utilisée pour rénover la toiture est inadéquate.

La CSST considère que la compagnie Toitures & profiles métalliques Nobel St-Laurent inc. a agi de façon à compromettre la sécurité de ses travailleurs. En conséquence, un constat d'infraction a été délivré à l'entreprise qui est passible d'une amende de 5 000 $ à 20 000 $.

Exigences de la CSST

La CSST a exigé de l'employeur qu'il mette en place des mesures correctives ainsi qu'une nouvelle méthode de travail afin d'éliminer les dangers de chute des travailleurs. L'employeur s'est conformé à ces exigences.

Plan d'action construction 2006

Pour une neuvième année, la CSST met en ?uvre un plan d'action destiné au secteur de la construction afin d'y réduire le nombre de lésions professionnelles. Dans le contexte du Plan d'action construction, les inspecteurs de la CSST appliquent notamment le principe de la tolérance zéro. Ils portent une attention particulière aux travaux présentant des risques de chutes, lorsqu'ils sont effectués à une hauteur de plus de trois mètres. Il doit y avoir des garde-corps autour des planchers et sur les côtés ouverts d'un échafaudage, dans les cas où les travailleurs ne sont pas attachés. Lorsque les règles de sécurité ne sont pas respectées, les inspecteurs arrêtent les travaux et la CSST délivre des constats d'infraction.

La CSST a également remis en onde, et ce, jusqu'à la mi-juin, ses publicités percutantes visant à sensibiliser les employeurs et les travailleurs de la construction à l'importance de la santé et de la sécurité.

Pour obtenir plus d'information sur le Plan d'action construction 2006 ou pour en commander un exemplaire, visitez notre site Web au www.csst.qc.ca/construction.


Communiqué envoyé le 16 mai 2006 à 07:30 et diffusé par :